Stratégie freerolls : comment remporter le prizepool ?

1/5 - 1 vote

Strategie freerolls remporter le prizepool

Les freerolls sont faits pour gagner de l’argent sans en dépenser. Même s’ils attirent beaucoup de monde, ces tournois peuvent souvent être rentables à condition bien sûr d’être rigoureux dans la stratégie à adopter.

Vos adversaires

Vous allez vous rendre compte rapidement que vos adversaires seront parfois imprévisibles et qu’ils ont une façon de jouer qui peut en dérouter plus d’un. Les raisons à cela sont simples :

  • Ils ne sont là que pour s’amuser. Gagner ou perdre, le principal est de passer un moment agréable
  • Ils manquent d’expérience et ne connaissent pas bien les règles. Si c’est le cas, bien souvent, les standards ne sont pas respectés

Miser en dépit du bon sens pour tenter sa chance peut payer une ou deux fois, mais sur le long terme, gagner au poker est une affaire de stratégie.

En conséquent, les relances ne seront jamais dans les normes et les pratiques que vous pouvez observer sur les EPT Live ou sur les tournois en argent réel ne s’appliqueront pas ici. Vos adversaires seront souvent imprévisibles. Le poker pour le fun implique également qu’un joueur de freeroll aime le jeu. Inutile donc d’essayer de le bluffer, il paiera pour voir.

Les règles de bases

Au vu du style de jeu de la plupart de vos adversaires, voici une ligne de conduite cohérente pour fructifier vos jetons de départ et parvenir aux places payées : rentabilisez vos grosses mains et profitez des faiblesses adverses. Votre stratégie de freeroll MTT (Multitable) n’en sera que meilleure.

Type de mains

Voici un tableau qui vous sera utile dans la suite de cet article ainsi que pendant vos tournois gratuits.

tableau mains

Pour composer une main, vous prendrez une carte de la ligne du haut avec une carte de la colonne de gauche.

Pour composer une main « suited » (de même couleur), commencez par la colonne de gauche. Exemple : A (colonne de gauche) et J (ligne du haut) = Type 2

Pour composer une main dépareillée (couleur différente), commencez pour la ligne du haut. Exemple : A (ligne du haut) et J (colonne de gauche) = Type 3

Début de tournoi

Cette phase permet d’étoffer son stack (tas de jetons) à condition de choisir les bonnes mains. Vous verrez des joueurs faire tapis dès les premières minutes jusqu’à la fin des premiers niveaux. Ces joueurs sont souvent les plus faibles, les plus impatients ou encore ceux qui livrent leurs mains au hasard. Ils sont généralement rapidement éliminés.

Préflop

Vous paierez systématiquement un tapis en fin de parole (quand vous faites partie des derniers à parler lors du tour de table) avec le panel de mains suivantes :

  • Type 1
  • Type 2

Vous vous limiterez au type 1 lorsque vous parlerez en début de parole juste après celui qui a annoncé all-in car d’autres après vous peuvent posséder une main forte de type 2.

Vous annoncerez tapis en premier de parole ou après une relance avec les mains de type 1.

Hormis le all-in, vous pourrez aussi préflop :

  • Relancer avec les mains de type 2, 3 et 4
  • Limper (payer la valeur de la grosse blinde) avec les autres mains du tableau (Type 5 et 6) si personne n’a relancé avant vous et si vous êtes en position tardive (en fin de parole).

Postflop

Le constat doit être binaire.

Si vous ne trouvez rien sur le flop, abandonnez si d’autres sont intéressés.

Lorsque vous trouvez quelque chose sur le flop :

  • Tirage couleur, tirage par les deux bouts et top paire : utilisez le check-raise (checker pour attendre une mise adverse et ainsi la relancer) si vous êtes en premier de parole, sinon, relancez si quelqu’un a ouvert avant vous. La relance sera comprise entre 5 fois la mise précédente et le tapis.
  • Deux paires ou plus (couleur, quinte, brelan) : essayez d’attraper vos adversaires en sous-jouant votre main.

Milieu de tournoi

Vous devez limiter vos actions car la profondeur de votre tapis se réduit à mesure que les blindes augmentent.

Préflop

Contrairement à la phase de début de tournoi, vous relancerez au lieu d’annoncer tapis directement. Si vous êtes relancé à votre tour, faites all-in. Les mains concernées sont celles de types 1 et 2.

Vous ouvrerez un peu plus l’éventail des mains quand vous parlerez tardivement en premier. Rajoutez alors les types de mains 3.

Si vous devez répondre à un tapis, payez mais vous devez exclure les mains composées de têtes différentes sauf si vous couvrez votre adversaire largement (son tapis équivaut à 1/10 ou moins que le votre).

Postflop

L’action dépendra du nombre de joueurs dans le pot, de la valeur de celui-ci et de ce que vous avez pu trouver sur le flop.

Effectuez un continuation bet (mise de continuation) si vous êtes premier de parole ou second (surtout si le premier a checké) quand vous êtes 2 ou 3 joueurs. Votre mise sera d’1/3 de la valeur du pot s’il est gros, sinon, misez les 2/3. En cas de relance adverse vous annoncerez tapis si vous avez touché une top paire ou mieux ainsi qu’un tirage couleur. Dans le cas contraire, vous vous coucherez.

Si vous êtes en tirage couleur ou quinte et que personne ne mise avant vous, optez pour la carte gratuite et checkez à votre tour pour toucher vos outs (les cartes qui complètent votre combinaison) et laisser à vos adversaires la chance de toucher une de leur carte, une combinaison qui viendra alors s’empaler sur votre monstre que vous aurez soigneusement caché.

Jouer les places payées en freeroll : stratégie

Bien souvent, vous aurez passé du temps pour arriver à ce stade. Vous aurez mérité votre salaire. Vous devrez être sérieux et observer les règles distinctes en fonction de la taille de votre tapis. Vous pourrez alors au moins passer le cap de la bulle sinon au mieux prendre un avantage décisif pour la suite de la compétition.

La bulle

Cette période désigne le moment où il ne reste qu’un joueur à éliminer pour rentrer dans les places payées. Cette stratégie vaut pour tous les freerolls Winamax, Pokerstars, Everest, …,  mais aussi pour toutes les variantes comme le Hold’em et le Omaha.

Deux options s’offrent à vous :

  • Vous êtes shortstack et allez sûrement disparaître bientôt : si vous voyez que vous pouvez supporter 2 à 3 tours de table, ne bougez plus sauf avec les mains de type 1 pour lesquelles le seul bouton à cliquer sera celui du all-in.
  • Vous faites partie des joueurs qui ont un stack imposant : votre travail commencera à 5 joueurs avant la bulle. Vous relancerez systématiquement toutes les mains. Personne ne veut sortir à cet instant. Si un shortstack annonce tapis, vous vous coucherez (sauf si vous le dominez largement). Si un gros stack suit la même ligne de conduite, vous vous coucherez aussi. Sur le nombre de mains que vous jouerez vous gagnerez plus que vous ne perdrez de jetons.

La Table finale

Les places payées prennent de plus en plus d’importance. A présent, vous connaissez un peu mieux vos adversaires. Cela fait maintenant plusieurs heures que vous les jouez et vous avez pu déceler quelques failles dans leur jeu. Mettez à profit vos observations. Peut-être que certains ne défendent pas leurs blindes quand ils n’ont rien (90% du temps), d’autres agressent souvent mais se couchent dès qu’ils sont relancés, etc.

Le plus important est de jouer la position : si personne n’a ouvert, relancez pour voler les blindes.

Main de type 1 et 2

Hors de position (début de parole), limpez pour attirer des relances (3Bet). Alors vous sur-relancerez en effectuant un 4Bet. Si vous faites face à un all-in, vous paierez évidement.

En milieu et fin de parole, vous effectuerez une relance classique (x 3 la grosse blinde) pour voler les blindes et inciter ces joueurs à se défendre pour leur revenir dessus avec une mise plus importante jusqu’à la totalité de leur tapis (ou du vôtre).

Mains de type 3 et 4

Hors de position, en début de parole, relancer 2 ou 3 fois la valeur de la grosse blinde. En cas de tapis adverse, vous vous coucherez.

En milieu et fin de parole, volez les blindes et payez le tapis si leur défenseur veut allez au combat préflop.

Jouez juste

prizepool neo pere noelAgressez les moyens et gros stacks et préservez les petits. Pourquoi ?

Inutile de donner l’occasion à un petit tapis de doubler son stack à votre dépend. Laissez les autres s’en charger. A cet instant, un jeton vaut de l’argent.

La structure du prizepool varie beaucoup, notamment dans les dernières places. Une place de gagnée peut vous rapporter plusieurs euros voire dizaines d’euros contrairement au moment de la post-bulle où il est question de centimes. Vous pouvez vous en rendre compte ci-contre avec le haut de prizepool d’un Neo’Père Noël.

Par conséquent, attaquez-vous à ceux qui ont beaucoup de jetons, et laissez les petits tapis entre eux. Si vous faites partie de ceux-là, vous relancerez à tapis avec toutes les mains de type 1, 2, 3 et 4. A défaut de doubler, vous volerez les blindes.

Si vous êtes le chipleader, volez les blindes et défendez en payant la relance quand vous êtes à ces positions (Type 4, 5 et 6) ou annoncez tapis (Type 1, 2 et 3). La plupart du temps ceux qui vous auront relancé n’auront pas grand-chose et vous pourrez trouver un flop à votre avantage.

Particularités d’un freeroll Omaha

Le Omaha se joue à 4 cartes et les freerolls ne sont pas exempts de cette variante. Le niveau est souvent faible car les joueurs s’y essayent, souvent par curiosité et seuls certains participants maîtrisent les codes.

En début de tournoi, le nombre de joueurs diminue rapidement. Les possibilités offertes par le nombre supérieur de cartes (par rapport au hold’em) entraîne inévitablement une augmentation de all-ins, surtout sur les flops. C’est ici qu’il faut essayer de tirer son épingle du jeu et faire grimper son tapis. N’allez pas le risquer avec une paire. Soyez très sélectif :

Préflop, relancez et sur-relancez avec les mains de types :

  • AA et deux cartes différentes
  • KK et deux cartes différentes
  • AK de même couleur et une paire
  • AK de même couleur et deux autres cartes connectées de même couleur

Sur le flop, vous vous enragerez avec un brelan, deux tops paires max ou un tirage couleur max. Dans les autres cas, essayez d’obtenir vos tirages gratuitement en checkant. Ne tentez pas de miser si vous ne possédez pas un jeu fort.

Pour le reste, jouez serré et évitez trop de bluffs.

Lors de la bulle, si vous possédez plus que la moyenne, volez les blindes, vous devriez faire monter votre stack.

Conclusion

Même si ces tournois gratuits sont nombreux sur la toile comme le sont les Neofreerolls, vous devez les jouer comme un tournoi en argent réel. Il y a plus de mauvais joueurs que de bons joueurs. Autant faire partie de ceux qui sont ITM pour faire grimper votre bankroll. A force d’y jouer, vous gagnerez en certitude sur votre niveau ainsi que sur la perception du jeu des autres. Vous pourrez alors attaquer les parties à enjeux en prenant soin de ne pas vous brûler les ailes. Souvenez-vous enfin qu’un bon gestionnaire débutant de bankroll possède 50 buy-in en réserve sur son compte poker.

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Jérôme

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NeoPoker est un guide historique (depuis 2006!) du poker en ligne gatuit français et plus généralement dans le jeu d'argent. Qui dit poker dit bankroll, dit freerolls, dit neo-freerolls : Nous mettons à votre disposition un moteur de recherche de freerolls des rooms, nos tournois gratuits exclusifs et jeux de poker gratuit en ligne.