Jouer seul aux cartes : les patiences et réussites

3.5/5 - 13 votes

Qui n’a jamais passé quelques minutes sur les jeux gratuits fournis gracieusement par Windows, comme Solitaire, Freecell ou Spider ? Et pour combien d’entre vous ces quelques minutes se sont transformées en heures, en vous disant « allez, juste une dernière… ». Les patiences et réussites, souvent simples à comprendre mais difficiles à résoudre, sont bien présentes également sur la toile. Des sites comme Gametwist proposent même d’affronter en ligne d’autres adversaires, pour allier esprit de compétition et jeu en solo.

Si vous souhaitez jouer en ligne, vous pouvez rejoindre la communauté de fans grâce à ce lien :

Jouer au solitaire >>

Sommaire

Les jeux de cartes Windows

Ces divertissements qui ont fait découvrir l’univers des patiences à bon nombre de gens sont toujours très appréciés.

Solitaire

Ce jeu est apparu sur les écrans d’ordinateur en 1990, avec la version Windows 3.0. Il était à l’origine conçu pour permettre à l’utilisateur de jouer seul et se familiariser avec l’appareil, à une époque où beaucoup découvraient le PC.

Le succès fut immédiat, au point que certaines entreprises constatèrent une nette baisse de la productivité de leurs employés.

Le principe est simple : le solitaire se joue avec un jeu de 52 cartes classique, le but étant de former 4 colonnes de chaque couleur (coeur, carreau, pique et trèfle) de l’as jusqu’au roi.

Pour cela, il faut entasser des cartes, en alternant leur couleur et leur hauteur (par exemple, un 8 rouge ne peut aller que sur un 9 noir), pour libérer d’autres cartes cachés.

Ce jeu très simple à comprendre est également facile à résoudre, mais se complique lorsqu’on extrait les cartes de la pioche 3 par 3, plutôt qu’une par une. En effet, certaines cartes sont alors inaccessibles, et il est parfois impossible de terminer la partie.

Sa popularité fut telle qu’aujourd’hui, beaucoup de gens utilisent le terme de « solitaire » pour désigner une patience ou réussite, par abus de langage.

freecellFreecell

Cette réussite a accompagné la sortie de Windows 1995. Elle comprend de nombreux points communs avec le Solitaire : même nombre de cartes, même système d’empilage de cartes, même objectif…

La principale différence consiste en l’absence de pioche et de cartes cachées : toutes les cartes sont visibles dès le début de la partie. Pour les déplacer, le joueur peut les empiler, et il bénéficie également de 4 cases libres permettent de faire transiter des cartes impossibles à placer ailleurs.

La version originale de Freecell sur Windows contenait 32.000 parties, une seule d’entre elles était impossible à résoudre : cela fait de cette patience l’une des plus aisées, même si certaines parties peuvent vous donner du fil à retordre.

spiderSpider

Accompagnant Windows 1998, cette réussite diffère assez nettement des 2 précédentes.

Spider se joue avec 2 jeux de 52 cartes, soit 104 au total. Le but est de retirer l’ensemble des cartes de la partie en effectuant un minimum de déplacements.

Au départ, 54 cartes sont réparties en 10 colonnes, seule la dernière de chaque tas est face visible.

Les cartes peuvent se placer sur une colonne vide ou sur une carte de rang immédiatement supérieur (la couleur n’importe pas). Si une série de cartes est de la même couleur, on peut la déplacer d’un seul bloc.

Lorsqu’on le souhaite ou que l’on ne peut plus faire autre chose, on ajoute une rangée de cartes.

Dès que l’on a une suite (du roi à l’as) de la même couleur, elle est retirée. Une fois les 8 suites (2 de chaque couleur) retirées, la partie est gagnée.

Cette patience très difficile à terminer connait une version simplifiée avec 2 couleurs seulement, ou même une seule (dans ce dernier cas, il est pratiquement impossible de perdre).

Pour aller plus loin…

Patiences faciles

  • Jumeaux : Rangez des cartes par paire, la somme des 2 devant être égale à 14 (avec roi = 13, dame = 12, etc. jusqu’à as = 1). Très simple à jouer mais parfois difficile à terminer…
  • Golf : Formez des suites de cartes, de manière croissante ou décroissante. Attention, encore une fois le principe est très simple, mais peu de parties gagnantes !
  • Napolitaine : Variante du Solitaire aux règles très similaires : la disposition de départ des cartes est différente, et toute carte (pas seulement un roi) peut être placée sur une case vide. En revanche, on ne peut faire défiler la pioche qu’une seule fois…

Ça se complique…

  • Pyramide : Ecartez les cartes en formant des paires dont la somme est de 13. Le principe est similaire à celui de Jumeaux, mais les cartes plus difficiles à libérer.
  • L’ancienne : Formez des piles de cartes pour ensuite les empiler de nouveau, dans un ordre précis ! Méfiez-vous des apparences, vous aurez du mal à en venir à bout…
  • Shamrock : Les amoureux de l’Irlande auront remarqué que ce mot représente le symbole de ce beau pays : le trèfle. Patience à l’objectif classique (empiler les cartes de l’as au roi) mais au déroulement passionnant et à la disposition de départ originale : les cartes forment des tas 3 pas 3 et ne peuvent pas se déplacer pour former un tas plus gros.

Réussites difficiles pour joueurs aguerris

  • Canfield : L’ordre de rangement des cartes change à chaque partie ! Pour le reste, soyez très patient, cette réussite vous donnera du fil à retordre…
  • La belle Lucie : Patience similaire à Shamrock, sauf que le principe de déplacement des cartes est encore plus contraignant ! Il s’agit d’une des réussites les plus difficiles, avec une moyenne de 4% de succès
  • Forestière : Savant mélange de Spider (pour la règle) et de Solitaire (pour le placement des cartes), cette patience comblera les fans de ces jeux Windows classiques !

Compétition et patiences et réussites, c’est possible !

La plupart des joueurs de réussites regrettent l’absence d’adversaires et sont contraints d’apprendre une variante du tarot ou d’un autre jeu pour se sentir moins seuls. Or, sur des sites comme Gameduell ou Skill7, vous avez la possibilité de jouer seul ou d’affronter des joueurs du monde entier dans des parties acharnées de Freecell, de Solitaire ou de Spider !

Les règles sont les mêmes que lors des parties individuelles : vous jouez exactement la même partie que votre adversaire et devez la terminer plus vite que lui, en un minimum de coups. Un système de chronomètre et de barème de points est appliqué, celui qui compte le plus haut score à la fin du temps est déclaré vainqueur.

Selon vos préférences, vous pouvez jouez gratuitement ou intéressez la partie en misant de l’argent réel : entraînez-vous cependant avant de défier des inconnus !

Pour découvrir quel site est le plus adapté en fonction des jeux que vous aimez, utilisez notre comparatif de jeux en ligne.

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NeoPoker est un guide historique (depuis 2006!) du poker en ligne gatuit français et plus généralement dans le jeu d'argent. Qui dit poker dit bankroll, dit freerolls, dit neo-freerolls : Nous mettons à votre disposition un moteur de recherche de freerolls des rooms, nos tournois gratuits exclusifs et jeux de poker gratuit en ligne.